"Jean la surprise !"

Vendredi 29 juin 2018, par Secretariat // Le mot de notre curé

Dieu ne nous donne pas la vie comme un chèque en blanc : nous naissons dans une famille, avec son histoire, sa réalité économique et sociale, les membres qui la composent. Nous portons un nom que nous avons reçu par héritage et un prénom donné par nos parents...

Tout cela nous conditionne heureusement pour nous permettre de
prendre place dans cette société, comme Joseph qui est descendant de David et donc porteur de la promesse du Messie. Jean devait s’appeler Zacharie comme son père...

En demandant à ZAcharie et Elisabeth de l’appeler Jean, Dieu manifeste que le don qu’il nous a fait est bien plus grand, plus profond que ces traditions humaines : chacun de nous reste un mystère dont personne ne peut prévoir ce qu’il deviendra... Si chacun de nous a une vocation parce que Dieu nous aime et nous fait confiance, il nous laisse la chercher, et éventuellement nous tromper ou la refuser, sans que cela mette en péril son désir de nous sauver. C’est pour cela que l’Eglise emploie le mot "dessein" et non pas le mot "projet" quand elle parle de la volonté de Dieu sur nous (par exemple dans la prière eucharistique : "pour accomplir le dessein de ton amour, il s’est livré lui-même à la mort...").

En même temps, nous voyons bien que Zacharie, parce qu’il accomplit la volonté de Dieu, retrouve la Parole et prophétise la venue du Sauveur... la vraie liberté de l’homme se révèle alors être l’obéissance à ce dessein divin, même si cela vient bouleverser nos traditions humaines. Et Jean, qui aurait dû s’appeler Zacharie, aura l’audace de proclamer à tous la conversion, au péril de sa vie, pour que le Sauveur puisse nous
rejoindre…

Père David Réveillac

Répondre à cet article