Miséricorde et salut

Jeudi 11 février 2016, par Service Communication // 2016 Année Sainte de la Miséricorde

« Une légende juive ancienne, tirée de l’ouvrage apocryphe La vie d’Adam et Ève, raconte que durant son ultime maladie, Adam aurait envoyé son fils Set, accompagné d’Ève, dans la région du Paradis pour aller y chercher l’huile de la miséricorde afin qu’on puisse l’en oindre et ainsi qu’il guérisse. Après que tous deux aient beaucoup prié et versé de larmes en cherchant l’arbre de vie, voilà que l’Archange Michel leur apparut pour leur dire qu’ils n’obtiendraient pas l’huile de l’arbre de la miséricorde et qu’Adam devrait mourir. Des lecteurs chrétiens ont ultérieurement ajouté à ce message de l’Archange une parole de consolation. Il aurait dit que 5 500 ans plus tard viendrait le tendre Roi et Christ, le Fils de Dieu, et qu’il oindrait de l’huile de sa miséricorde tous ceux qui auraient cru en Lui. "L’huile de la miséricorde sera donnée d’éternité en éternité à tous ceux qui seront re-nés de l’eau et de l’Esprit Saint. Alors le Fils de Dieu plein d’amour, le Christ, descendra dans les profondeurs de la terre et conduira ton père en Paradis, près de l’arbre de la miséricorde" »
Pour être miséricordieux comme le Père, il faut que nos paroles et notre vie reflètent toute la beauté et la grandeur de la vocation baptismale, le don du salut et de la vie éternelle. Il n’y a pas que le catéchuménat qui doive le faire, mais cela incombe à toute forme d’annonce et d’approfondissement de la foi.
Nous sommes appelés à rendre présent le Ressuscité. Le Christ se rend présent et manifeste le visage miséricordieux du Père dans l’amour concret de ceux qui sont appelés à « s’aimer comme lui-même nous a aimés » (Jn 15, 12) :
« Comme on peut le remarquer, la miséricorde est, dans l’Écriture, le mot-clé pour indiquer l’agir de Dieu envers nous. Son amour n’est pas seulement affirmé, mais il est rendu visible et tangible. D’ailleurs, l’amour ne peut jamais être un mot abstrait. Par nature, il est vie concrète : intentions, attitudes, comportements qui se vérifient dans l’agir quotidien. La miséricorde de Dieu est sa responsabilité envers nous. Il se sent responsable, c’est-à-dire qu’il veut notre bien et nous voir heureux, remplis de joie et de paix. L’amour miséricordieux des chrétiens doit être sur la même longueur d’onde. Comme le Père aime, ainsi aiment les enfants. Comme Il est miséricordieux, ainsi sommes nous appelés à être miséricordieux les uns envers les autres »
La vraie conversion à Dieu suppose de se nourrir constamment de sa miséricorde pour apprendre à être, à notre tour, "miséricordieux". Basile le Grand disait : « Ta miséricorde envers le prochain te fait ressembler à Dieu ».

Répondre à cet article