Le catéchisme en questions

Vendredi 16 juin 2017, par Service Communication // La vie de la paroisse

Inscription au presbytère de la paroisse ND des Neiges de Gourdon le samedi 09 septembre de 10h00 à 12h30 et le mercredi 13 septembre de 17h00 à 19h00

LE CATÉCHISME EN QUESTIONS

Qui sont les animateurs ?

Les catéchistes sont des chrétiens bénévoles qui sont appelés à un service auprès des enfants pour leur faire connaître Jésus Christ. Ils sont des croyants qui se risquent à témoigner d’une parole qui les fait vivre.
Les catéchistes sont formés et s’appuient sur des documents pédagogiques pour préparer les rencontres.
Ils ne sont pas isolés : ils accomplissent leur service sous la responsabilité de la paroisse, et en collaboration avec d’autres catéchistes, avec les prêtres et les évêques.
Des responsables diocésains sont chargés de coordonner la catéchèse et d’organiser la formation des catéchistes de toutes les paroisses d’un diocèse. Il existe également un service national de la catéchèse et du catéchuménat, qui soutient les actions des diocèses.

Comment les catéchistes sont-ils formés ?

Les catéchistes sont formés au niveau des paroisses et avec l’aide des prêtres. Il existe également des formations organisées au niveau diocésain. Les catéchistes s’appuient en outre sur des documents pédagogiques pour préparer les rencontres avec les enfants. Ceux qui prennent en charge des groupes avec des enfants handicapés bénéficient d’une formation particulière, dans le cadre de la Pédagogie Catéchétique Spécialisée (PCS). Les catéchistes continuent eux-mêmes à apprendre et à se former. Ce qu’ils vivent avec les enfants rejaillit sur leur vie toute entière, leur manière de s’exprimer et sur leur foi. C’est une expérience personnelle et spirituelle très forte. Devenir catéchiste, devenir témoin de l’Evangile auprès d’enfants fait grandir dans la foi.

Comment puis-je aider mon enfant ?

Votre rôle de parent est essentiel. Beaucoup pensent que ce sont les catéchistes qui ont le rôle principal dans l’éducation religieuse de l’enfant mais en réalité, la catéchèse est tout autant le rôle des parents. Ce sont eux qui sont responsables de leur enfant.
En tant que parent, vous avez d’ailleurs plus d’influence en profondeur sur la foi de votre enfant que les catéchistes. Concrètement, c’est en priant avec votre enfant, en s’intéressant à ce qu’il a fait au « caté », et en discutant avec lui, que vous pouvez l’aider et l’accompagner. Votre témoignage de foi est très important pour vos enfants. Il est comme un premier bain nourricier.
Cela peut être une occasion extraordinaire pour un dialogue très personnel avec votre enfant sur des questions comme l’amour, la souffrance, la prière, la mort. Mais l’essentiel est dans le témoignage de la confiance en Dieu, source de vie et d’amour.
Et n’ayez pas peur de ne pas avoir les bonnes réponses : chercher avec votre enfant, c’est déjà l’aider à avancer.

Les parents sont-ils mis à contribution ?

Les parents suivent les activités culturelles, sportives et le travail scolaire de leur enfant, comme son bon développement et sa santé. Il est important qu’ils s’intéressent aussi à ce qu’il vit au catéchisme.
La présence des parents, lorsqu’ils sont invités, donne du prix à l’engagement et à la démarche de leur enfant. A l’occasion, les catéchistes demanderont peut-être aux parents un petit coup de main pour l’organisation des rencontres et de leur bon déroulement (préparer un gâteau ou un panneau d’animation…), mais pas davantage s’ils ne le souhaitent pas. Cela peut être de participer aux réunions d’information proposées par les catéchistes, d’accompagner une sortie, ou de participer aux célébrations. Certains parents peuvent avoir le goût de s’investir davantage : ils peuvent devenir animateur en prenant contact avec leur paroisse.

Le catéchisme donne-t-il des valeurs morales à mon enfant ?

Oui, parce qu’être chrétien se traduit par une manière d’être dans la vie. La catéchèse a une valeur éducative pour la société. Elle conduit à la rencontre du Christ, et pose les bases d’une vie construite sur une éthique de valeurs humaines et spirituelles. Elle ouvre un chemin de sagesse et de bonheur, et initie à un art de vivre et à l’expérience de puiser en Dieu une force intérieure. Les enfants apprennent à lutter contre le mal, à conduire leur vie et à se conduire dans la vie avec les autres. Bref, la catéchèse « fait grandir ».

Y a-t-il des leçons à apprendre ?

Le catéchisme ce n’est pas l’école : il n’y a pas de notes et pas de classement parce que la foi ne s’évalue pas ! On y vient pour découvrir le don que Dieu fait à chacun.
Il n’y a pas de leçons à apprendre par cœur mais des contenus à découvrir. La plupart du temps, l’apprentissage se fait par une fréquentation régulière des textes fondamentaux et des prières, au cours de la messe ou de célébrations.
Dans ce lieu les enfants peuvent s’exprimer en vérité : ils font part de leurs incompréhensions, de leur étonnement, de leurs questions, de leurs joies, de leur émerveillement !
La relation adulte/enfant n’est pas la même qu’à l’école : l’animateur n’est pas un instituteur même si la catéchèse se fait à l’école. Il n’est pas non plus le papa ou la maman du groupe, même si son enfant est présent. Il est un aîné qui partage sa foi et la foi de l’Eglise avec les enfants tout en guidant leurs découvertes.

Est-ce que mon enfant est libre d’arrêter s’il le souhaite ?

Oui, puisque la rencontre avec le Christ nécessite toujours un espace de liberté. Le rôle des parents est d’aider leur enfant à discerner ce qui est important pour lui et d’éclairer sa conscience. Il est important aussi d’aider votre enfant à persévérer dans ses engagements : s’il décide de ne plus aller à l’école, n’essaierez-vous pas de trouver les mots pour lui expliquer l’importance de sa formation scolaire pour sa vie entière ?

Mon enfant ne veut plus aller au caté. Dois-je l’obliger à continuer ?

L’attitude des parents doit être différente à la période de l’enfance et à celle de l’adolescence. Pour l’enfant, ce sont les parents qui décident ce qui est bon pour lui. Mais il ne suffit pas de décider pour lui, il faut le suivre et le soutenir. Il est important d’aider l’enfant à persévérer dans ses engagements. Dans certains cas, pourtant, il vaut mieux ne pas imposer à un enfant d’aller au caté, s’il est bloqué. S’il ne se sent pas bien, on peut dialoguer avec lui. On peut en parler au catéchiste et au prêtre de la paroisse et essayer de comprendre les raisons de son blocage. Un enfant a le droit de ne pas croire. La catéchèse n’est pas uniquement l’enseignement d’une culture religieuse. C’est un chemin de foi. En cours de route, on peut s’apercevoir que l’on ne croit pas, mais d’autres moments peuvent survenir dans la vie et faire grandir la foi. Le chemin de foi d’un enfant ne doit pas être forcé. Les parents peuvent donner une éducation chrétienne, susciter une amitié avec Jésus, mais ils ne peuvent et ne doivent pas forcer.

Les grands-parents peuvent-ils faire le catéchisme à mon enfant ?

Les grands-parents ont souvent une riche expérience de foi à transmettre à leurs petits-enfants. Ils peuvent contribuer à l’éducation religieuse de l’enfant, sans toutefois prendre la place des parents. Il est important que l’enfant puisse s’épanouir également dans un lieu autre que sa famille. Le catéchisme lui permet de découvrir diverses façons de croire au sein de l’Eglise.

Pourquoi ne pas faire le catéchisme sur Internet ?

Internet est un outil d’échange et de communication très utile en catéchèse. Il rend plus perceptible la dimension universelle de l’Eglise. Il enrichit la catéchèse dans les paroisses. De nombreuses propositions existent pour les enfants sur internet. Toutefois, la vie en Eglise ne peut être pleinement vécue face à un écran. Les découvertes sur internet ne remplacent pas la rencontre réelle avec une communauté, les temps de prière partagés avec d’autres enfants, ou bien les questions spontanées posées au catéchiste. La foi chrétienne nous fait entrer en réseau fraternel actif.

Est-ce que je n’empêche pas mon enfant de choisir en l’inscrivant au caté ?

Pour qu’un enfant puisse choisir, il doit pouvoir le faire en toute connaissance de cause. Parler de Jésus et de l’Eglise n’empêche pas un enfant d’être libre et proposer la foi chrétienne n’est pas l’imposer. C’est une occasion de le faire grandir en liberté, de l’aider à faire, le jour venu, des choix qui lui sont propres.

Le catéchisme...est-ce bien raisonnable avec toutes les activités qu’il a déjà ?

Les enfants ont des emplois du temps souvent très chargés. Mais toutes les activités n’ont pas la même valeur éducative. Le catéchisme n’est pas tout à fait une activité comme les autres : c’est la proposition de l’Eglise pour les enfants, afin que même les tout petits puissent entendre que Jésus les aime.
Ils posent des questions qu’ils n’ont pas l’habitude de poser ailleurs et réfléchissent avec d’autres sur ce qui leur tient à cœur, avec l’aide d’un adulte qui n’est ni enseignant ni un parent mais un témoin dans la foi. C’est également un lieu rencontre avec d’autres chrétiens. Si le choix entre toutes ces activités n’est pas toujours facile pour l’enfant, l’aider à grandir, c’est aussi l’aider à choisir.

Mon enfant peut-il aller au catéchisme sans être baptisé ?

Oui parce que le catéchisme est ouvert à tous les enfants, qu’ils soient déjà baptisés ou pas encore, et que leurs parents le soient ou non.
Au cours des années de catéchisme votre enfant pourra, s’il le désire, demander à recevoir le baptême et à faire sa première communion. Avec votre accord, et en lien avec les catéchistes et le prêtre de votre paroisse, il suivra une préparation en plusieurs étapes et, après ce cheminent, il recevra le baptême.

Je ne suis pas pratiquant. Puis-je inscrire mon enfant ?

Bien sûr puisque chaque enfant est accueilli dans la communauté chrétienne.
Le catéchisme, le partage sur la vie de foi, l’écoute sont des occasions extraordinaires pour dialoguer avec votre enfant sur des questions aussi importantes que Dieu, la vie, l’amour, la mort. Ce que votre enfant découvre peut provoquer des questionnements, des cheminements, pour lesquels il a besoin de votre appui. Vous pouvez avoir envie de prolonger cette complicité avec votre enfant. Pour certains parents, aller à la messe avec leur enfant revêt un sens nouveau. Ils peuvent parfois retrouver l’envie de célébrer cette aventure de foi, de partager avec d’autres enfants ou adultes, de rencontrer de nouvelles personnes avec qui lier amitié.

Je ne suis pas croyant. Mon enfant peut-il aller au catéchisme ?

Etre croyant est une question de conviction personnelle qui ne peut pas être imposée. Les parents doivent pouvoir accompagner leur enfant dans ses questionnements. Mais ils n’ont pas réponse à tout. Ils peuvent dire en toute franchise à leur enfant qu’ils ne sont pas croyants et en discuter avec lui, sans pour autant lui imposer des réflexions ou des doutes qui le dépassent.

Dans notre couple, nous n’avons pas la même religion. Est-ce judicieux d’inscrire notre enfant au catéchisme ?

Inscrire l’enfant au catéchisme, c’est possible, si les deux parents l’acceptent. Cela implique un engagement un peu plus important de la part du parent qui se reconnait catholique. La pratique religieuse de l’enfant appellera un accompagnement de la part de ses parents afin que son chemin puisse être respecté et soutenu à la maison.

Si l’un des deux parents n’est pas croyant ?

L’enfant peut participer au catéchisme. Il faut savoir respecter son choix à la maison, et lui laisser la possibilité de s’exprimer sur sa démarche en toute sérénité. Si les débats que l’enfant entend en famille s’inscrivent dans la démarche d’une écoute profonde et attentive, qui invite au respect, à l’accueil de l’autre qui pense différemment, l’enfant pourra sans dommage en être témoin. Ils lui permettront d’avancer dans son propre questionnement spirituel. A contrario, si les débats qui ont lieu en famille nuisent, enferment, caricaturent, isolent, ils blesseront l’enfant.
Comment un enfant peut-il prendre part à des querelles qui opposent ceux qu’il ai
me ?

Mon enfant est inscrit dans une école catholique. A-t-il besoin d’aller au catéchisme ?

Les propositions des écoles catholiques sont très diverses. Dans de nombreux cas, le catéchisme est proposé par la paroisse et la préparation d’un sacrement se fait en commun, avec l’école et la paroisse.

Mon enfant fait partie d’un mouvement catholique. Cela remplace-t-il le catéchisme ?

Ce n’est pas la même chose. La catéchèse et les mouvements sont des réalités différentes de la vie en Eglise, mais leurs objectifs sont complémentaires. La catéchèse est une annonce de la foi vécue dans l’Eglise catholique. Elle accompagne l’enfant dans sa réponse libre à l’appel de Jésus-Christ à devenir son disciple. Elle initie également à la prière et à la liturgie de l’Eglise. Les mouvements catholiques accompagnent également les enfants dans leur vie de foi, mais sur le terrain. La force des mouvements est de permettre à l’enfant d’apprendre à vivre en équipe avec des enfants et des jeunes de son âge. L’enfant fait l’apprentissage, avec d’autres, de la cohérence entre vie et foi. Dans un mouvement catholique, l’enfant peut être amené à découvrir la foi chrétienne. Toutefois, s’il désire se préparer à un sacrement, il doit pouvoir suivre un parcours catéchétique adapté à son âge. Certains mouvements s’impliquent avec les paroisses dans ce sens.

Mon enfant est handicapé, puis-je l’inscrire au catéchisme ?

La foi chrétienne est proposée à tous : il n’y a pas de contre-indication médicale pour suivre le catéchisme. Dans de nombreuses paroisses, il existe des groupes adaptés aux enfants porteurs de handicap, qu’il soit moteur ou cérébral.
En fonction de son handicap, l’enfant sera guidé dans un groupe ou un autre. Dans les établissements spécialisés également (IME, IMP, CAT), des groupes d’enfants et de jeunes se réunissent régulièrement et se préparent aux sacrements. Une catéchèse avec une pédagogie spécialisée, la Pédagogie Catéchétique Spécialisée (PCS), est proposée à tous les enfants qui ne peuvent suivre une catéchèse en paroisse en raison de leur handicap. Les moyens pédagogiques sont un peu différents, mais le message est le même. La PCS est une pédagogie adaptée qui répond aux besoins spécifiques des enfants handicapés. Elle propose un ajustement du rythme, tout en s’adaptant à l’itinéraire de chaque enfant.

Je suis divorcé(e), est-ce que je peux inscrire mon enfant au caté ?

Bien sûr, avec l’accord de l’autre parent, si l’autorité parentale reste conjointe. Tous les enfants sont accueillis au caté, quelle que soit leur situation familiale. Les parents même divorcés et les parents remariés sont invités à vivre avec leurs enfants les célébrations à l’église.

Mon enfant a moins de 7 ans. Que lui proposer ?

L’éveil à la foi, qui peut être une étape vers la catéchèse s’adresse aux enfants de moins de 7 ans. Avant 7 ans, un petit enfant s’éveille à lui même, aux autres et au monde à travers ce que vivent, pensent et font ceux qui l’entourent, ses parents, sa famille, ses camarades, et les divers adultes qu’il rencontre. De même, dans l’ordre de la foi, l’enfant participe à la démarche de ses parents. L’éveil à la foi en famille et en paroisse est dans la continuité de cet apport familial et les personnes qui l’organisent veillent aussi à ce que les parents y participent.

Que proposer à un enfant après le catéchisme ?

La catéchèse concerne tous les âges de la vie. Bien sûr, cela ne se fait pas de la même manière avec des enfants, des jeunes, ou des adultes. A partir du collège, les jeunes sont invités à participer aux activités de l’aumônerie du collège. L’aumônerie comporte différents types d’activité : rencontres d’équipes, messes de jeunes et leur animation, participation à des grands rassemblements… En général, c’est à l’aumônerie que les jeunes font leur profession de foi et reçoivent la confirmation. Les mouvements de jeunes (scoutisme, MEJ, ACE, JOC…) sont aussi des propositions adaptées aux jeunes, selon leur personnalité.

Le catéchisme est-il réservé aux enfants ?

La découverte de la foi chrétienne, la connaissance de Jésus-Christ ne sont bien sûr pas réservées aux enfants. Quel que soit votre âge, quelle que soit votre histoire personnelle, que vous soyez baptisé(e) ou non, si ce que vit votre enfant vous intéresse, si vous désirez vous aussi tenter l’aventure de la foi, sachez que des chrétiens sont à votre disposition, tout près de vous.
A chaque âge de la vie, des propositions existent. Vous pouvez consulter le site de votre diocèse pour les connaître.

Y a-t-il des frais pour inscrire mon enfant au caté ?

Une contribution est demandée au moment de l’inscription. Elle permet de fournir aux enfants les manuels et la documentation, mais aussi de participer à la formation des catéchistes et à l’entretien des locaux. Les animateurs sont tous bénévoles. Toutefois, les frais de participation ne doivent pas être un obstacle à l’inscription de l’enfant. En cas de difficultés financières, il est conseillé d’en discuter avec la personne responsable du catéchisme dans la paroisse.

Le catéchisme nécessite-t-il beaucoup de déplacements ?

Dans les zones rurales, les rencontres sont souvent plus espacées dans le temps, pour permettre aux familles d’organiser les déplacements. Des formes de regroupement sont mises en place pour faciliter le déplacement des enfants, en tenant compte de la disponibilité des parents.

Y a-t-il un âge pour faire sa première communion ?

En général, la première communion a lieu à la fin de l’année de CM1. Il n’y a pas d’âge fixe pour faire sa première communion. Si un enfant commence le catéchisme plus tardivement, il pourra se préparer à son rythme à entrer dans la vie eucharistique.

La préparation à la première communion se fait-elle au catéchisme ?

Oui, cependant les rencontres de catéchisme et la préparation à la première communion sont parfois dissociées, et même quelquefois proposées en des lieux différents. Pourtant, il y a un lien très fort entre les deux : on ne peut pas se préparer à communier sans avoir reçu une catéchèse. La préparation à la première communion est elle-même une catéchèse. Scinder ces deux moments permet d’instaurer plus de souplesse dans les modalités de préparation à la première communion.

Quand mon enfant va-t-il faire sa première communion ?

Le plus souvent elle a lieu à la fin de leur année de CM1, c’est-à-dire après deux ans de catéchisme. Cela dépend aussi de la vie chrétienne de la famille. Il n’y a pas d’âge fixe pour faire sa première communion. Si un enfant commence le catéchisme plus tard, il pourra se préparer à son rythme.
La première communion suppose que les enfants comprennent bien ce qu’est l’eucharistie, mais surtout qu’ils aient eu suffisamment de temps pour découvrir et participer à la messe, lieu où l’on reçoit la communion.

Quand mon enfant va-t-il faire sa profession de foi ?

En général, la profession de foi a lieu entre 11 et 12 ans, mais parfois plus tardivement, selon le choix des diocèses et le rythme de vie chrétienne des enfants. La profession de foi est une réappropriation du baptême pour les enfants ayant été baptisés bébé. A partir de la pré-adolescence, ils signifient ainsi leur attachement personnel à Dieu qui ne peut plus se confondre avec le seul souhait de leurs parents. Tous les chrétiens professent leur foi chaque dimanche, lors de la messe.

Mes aînés sont baptisés mais ils ne sont pas allés au catéchisme. Puis-je demander le baptême pour leur petit frère / petite sœur ?

Dans le rituel du baptême, il y a un engagement à éduquer chrétiennement son enfant. Cela traduit le lien naturel entre le baptême et l’éducation chrétienne.
Les parents qui demandent le baptême d’un enfant seront invités à se poser la question de l’éducation chrétienne de leurs enfants, et à y réfléchir avec l’équipe paroissiale de préparation au baptême, ou avec le prêtre. Bien sûr, rien n’est jamais définitif, et il est toujours temps de reprendre un cheminement que la vie a pu interrompre pour bien des raisons. C’est à tout âge que l’on peut se mettre en route à la suite de Jésus-Christ.

Répondre à cet article