Au désert...

Mercredi 21 février 2018, par Secretariat // Le mot de notre curé

Avez-vous été dans un désert ? C’est un lieu que l’on n’oublie pas, parce qu’on y fait une expérience intense de vide, de silence, comme si l’on s’approchait de l’absolu.
Les Hébreux écrivaient le mots sans les consonnes. Selon les voyelles que l’on prononce, le même mot écrit peut donc avoir plusieurs sens... c’est le cas du mot "désert", qui peut ainsi aussi vouloir dire "parole"... Et si l’on y réfléchit, il y a bien un lien : c’est dans le désert que la parole à le plus d’importance car elle vient rompre cette difficile sensation de solitude.
Nous connaissons bien les attitudes propres au Carême, l’aumône, la prière et le jeune. Nous essaierons de le vivre ensemble dans les petites conférences de Carême un vendredi sur deux. Mais pour que cela nous conduise vraiment à une relation plus profonde avec Dieu, il convient que les efforts que nous choisissons de faire soient enracinés dans le désert qui nous met à l’écoute.
C’est comme un préalable au combat spirituel que de savoir se dégager de tout ce qui est superflu, et en particulier de ce qui remplit notre vie de bruits. On pourrait décider de débrancher la chaîne HI-FI jusqu’à Pâques, ou le poste de radio dans la voiture !
Aller au fond de notre cœur comme on va au fond d’une grotte. Il y fait parfois un peu sombre, cela peut nous faire peur... mais nous savons qu’au fond, là où il n’y a plus les lumières et les bruits du monde, il y a une présence infiniment douce et lumineuse, la seule capable de nous donner la paix, et de nous faire expérimenter la résurrection...
Et c’est là que l’Esprit de notre baptême nous conduit !

Père David REVEILLAC+

Répondre à cet article