Cherchez le Royaume de Dieu et sa justice, tout le reste vous sera donné par surcroît

Vendredi 21 février 2014, par Service Communication // Le mot de notre curé

« Cherchez le Royaume de Dieu et sa justice,
tout le reste vous sera donné par surcroît »
Mt 6

Lors des dimanches précédents, il nous fut rappelé que vivre selon l’évangile est exigeant : tendre l’autre joue, aimer ses ennemis, pardonner les offenses, ne pas commettre d’adultère… Il nous était dit qu’être saints comme Dieu n’est pas étouffant, c’est une exigence d’amour fondée en Dieu :
« Soyez saints car je suis saint. »

Le dimanche 2 mars, les textes bibliques nous rappellent que Dieu est un Père, voire une Mère pour nous. C’est cette révélation qui justifie les exigences rappelées par l’évangéliste Matthieu les derniers dimanches avant le Carême et qui seront mises en pratique tout au long du carême. L’Amour surabondant de Dieu nous soutiendra dans la réalisation de notre marche vers Pâques.
C’est pourquoi, concernant le quotidien, Jésus répond : « Ne vous faites pas de souci. » Cette injonction revient six fois dans les lectures de ce dimanche.
La confiance envers le Père, en effet, n’implique pas une désertion du travail et de l’effort humain, mais un engagement dans les relations d’amour prônées par Jésus.

Dieu, le Père de Jésus, n’est pas un dieu qui menace et qui exige, qui châtie et condamne, mais le Dieu qui s’approche et qui donne. Il nous fait exister par surabondance de sa vie. Sa générosité ne se crispe pas sur le don qu’il fait : le lis des champs s’épanouit au soleil de Dieu, l’oiseau est libre comme l’air : comment imagine que Dieu puisse contrarier ses œuvres ?

« Toi que nous appelons Notre Père, tu nous sais pétris de dons et de poussière.
Aussi, nous te prions : ne laisse pas les soucis de la vie nous faire oublier que tu es notre Créateur et que notre avenir repose entre tes mains de Père. Nous te le demandons par Jésus, ton enfant bien-aimé. »

Jean-Pierre Delmas, votre curé

Répondre à cet article