Dans le monde, mais pas du monde.

Samedi 12 mai 2018, par Secretariat // Le mot de notre curé

Alors que nous venons de fêter l’Ascension de Jésus au Ciel, le Fils de Dieu introduisant ainsi notre humanité au sein de la Trinité même ; et que nous sommes tendus vers l’accueil de l’Esprit Saint, présence de Dieu au cœur de nos vies, Jésus nous interroge sur notre rapport au monde.
IL existe deux tentations : celle d’être chrétiens, mais sans nous démarquer de ce monde, vivant selon les coutumes qui nous entourent, sans "faire de vagues". Cette position a pour avantage de nous assurer la tranquillité, d’éviter les regards, les critiques, les moqueries et les persécutions, mais elle présente le danger de se compromettre, de renoncer à l’intégrité du message évangélique, de quitter le chemin du Christ...
L’autre écueil est au contraire d’essayer de vivre l’Évangile en plénitude dans tout sa vie, comme si nous n’étions pas dans le monde. On impose alors notre façon de voir et d’être, nous ne sommes plus à l’écoute, et même souvent, nous jugeons et rejetons la société et ce qu’elle vit.
Jésus nous invite à un autre regard, paradoxal et donc jamais parfaitement
réalisé - toujours à réformer !- : vivre dans le monde sans être du monde. Aimer ce monde dans le quel nous sommes, et qui nous porte, mais ne jamais le suivre sans discernement. Apprendre à vivre "sur la terre comme au Ciel", désirer vivre comme les saints, accueillant ce monde tel qu’il est pour le transformer petit à petit.
Notre Communauté doit ressembler à cette communauté du Ciel, faite de ceux qui ont tant aimé cette terre !

Père David+

Répondre à cet article