Du Pain pour tous et par tous.

Mardi 31 juillet 2018, par Secretariat // Le mot de notre curé

Le pain est le centre d’intérêt de ce 17ème dimanche du temps ordinaire. Nous le percevons à travers les textes liturgiques que l’Église propose à notre méditation. Nul n’ignore l’importance du pain dans l’alimentation. Son manque se fait sentir pour les personnes qui en mangent chaque jour. Les boulangers et les revendeurs de pain passent parfois un temps fou au travail pour que cette denrée alimentaire soit disponible à tous moment. Mais le pain est un symbole dans plusieurs cultures. Si le blé était en effet assuré aux dieux dans l’antiquité, le christianisme fait du pain l’un de ses symboles les plus forts à la fois physique et spirituel comme le rappelle cette phrase du « Notre Père » : « Donne nous aujourd’hui notre pain de ce jour. » et surtout l’Eucharistie où l’hostie pain azyme non levé, représente le corps spirituel de Notre Seigneur Jésus Christ qui s’est donner en nourriture pour le salut des âmes affamées de Dieu son Père.
Du pain pour tous, tel fut l’une des préoccupations de Jésus dans sa mission itinérante avec ses disciples. Les miracles qui accompagnaient sa prédication drainaient des foules qui partaient de chez eux avec des provisions alimentaires précaires pour retrouver ce fameux Jésus de Nazareth dont la célébrité était allée au-delà de la Palestine. Ces foules écoutaient les enseignements de Jésus qui étaient différents de par son originalité de ceux des pharisiens et des scribes. Ils avaient également des besoins de guérison physiques et spirituels qui trouvaient satisfaction d’où l’endurance de la fatigue, de la faim, de la soif et des intempéries pour suivre ce groupe d’hommes hors du commun des mortels. Jésus n’était pas indifférent à tous cela. Il avait souvent pitié de ces foules et se préoccupait de leur restauration : » Où pourrions-nous acheter du pain pour qu’ils aient à manger ? ». Avec cinq pains d’orges et deux poissons offerts par un jeune garçon, il nourrit environs cinq mille personnes. Du pain pour tous et il y a un reste. Qui dit mieux !
Du pain par tous car Jésus peut tout seul multiplier le pain pour tous mais il ne peut pas les distribuer tout seul à la foule. Les gens doivent obéir aux consignes de distribution, les disciples doivent bien organiser la distribution. Les morceaux collectés remplissent douze corbeilles qui correspondent au nombre des douze apôtres qui en donneront sûrement aux plus pauvres. Notre disponibilité et notre charité chrétienne sont sollicitées ce jour en tant que disciples de Jésus pour partager la Parole et le Pain dans nos différents milieux de vie. A chacun d’en déterminer les modalités pratiques.
Père Théotime SOMDA

Répondre à cet article