Heureux les pauvres de cœur...

Vendredi 31 octobre 2014, par Service Communication // Le mot de notre curé

« Heureux les pauvres de cœur, le royaume des cieux est à eux » Mathieu 5

La fête de Toussaint appelle, bien entendu, à la sainteté. L’Eglise nous invite, ce jour-là, à méditer les paroles de Jésus : « Heureux les pauvres de cœur » et Il ajoute que la vraie richesse est à chercher dans le royaume de Dieu.

La feuille de route du chrétien passe en effet par le service des pauvres et toutes les sortes de pauvreté. La charité n’est pas une option. Nous ne pouvons pas y échapper. Le pape François le rappelle souvent : « Je désire une Eglise pauvre parmi les pauvres ».

Essayons de rester auprès des plus démunis ! La plus grande partie du monde et une part plus importante de notre pays et de notre région souffrent d’une telle misère que le Christ lui-même, dans la personne des pauvres, réclame comme à haute voix la charité de ceux qui le suivent. Le Christ est proche : c’est ce malade que nous n’allons plus visiter, ce garçon ou cette fille qui n’arrivent pas à se sortir de ses problèmes, ce père de famille au chômage à qui nous ne téléphonons plus, c’est Lazare qui mendiait, nous dit l’évangile, les miettes de la table de ce riche qui ne s’en rendait même pas compte.

En fait, pour que cette générosité règne, il importe de nous interroger sur le regard que nous portons sur les pauvres. Les considérons-nous comme ceux que nous devons aider en ne remplissant que leur « estomac » ou croyons-nous qu’eux aussi peuvent nous aider ?
Si nous répondons oui à la seconde partie de cette interrogation, nous reconnaissons que leur place dans l’Eglise, ils l’ont déjà. Alors, devant ces tout petits qui sont nos frères en Christ, nous nous sentirons nous-mêmes tout-petits.

Méditons cette parole du pape François : « Les pauvres ont beaucoup à nous enseigner. En plus de participer au sens de la Foi, par leurs propres souffrances ils connaissent le Christ souffrant. Il est nécessaire que nous nous laissions évangéliser par eux. » La Joie de l’Evangile N° 198.

Vivre la sainteté consiste donc à vivre « en frères et d’être unis. » Ps 133.

Jean-Pierre Delmas, votre curé

Répondre à cet article