"ils crurent à l’Ecriture et à la parole que Jésus avait dite" (Jn 2,23) On peut croire à Dieu, croire Dieu, et croire en Dieu.

Samedi 3 mars 2018, par Secretariat // Le mot de notre curé

Croire à Dieu, c’est faire de Dieu l’objet de notre investigation intellectuelle, établir les arguments en faveur de la possibilité de son existence, et y accorder crédit. Cela dépasse le raisonnable, mais ne l’exclut pas : au contraire. Nous avons tous besoin de faire ce chemin, sinon nous serons des crédules, prêts à entrer dans n’importe quel secte ou groupe religieux farfelu. C’est aussi un merveilleux chemin de dialogue avec le monde contemporain athée : ils auront bien du mal à prouver, eux aussi, que Dieu ne peut pas exister. Ils "croient" que Dieu n’existe pas, et ce n’est pas plus malin !

Croire Dieu, c’est croire ce qu’il nous dit. C’est faire confiance à sa parole. Comme on écoute ses parents, ses enseignants, ses amis. Parfois, nous pouvons vérifier ses paroles, parfois non. Souvent, Dieu parle par ses actes dans l’Histoire, c’est pourquoi le livre de la religion des chrétiens est essentiellement constitué de récits. Face à un monde qui est entièrement bâti sur les images des médias, nous nous appuyons sur l’Alliance que Dieu fait avec les hommes depuis 4000 ans.

Croire en Dieu, c’est une faute grammaticale inventée par les chrétiens. Cela veut dire croire "dans" Dieu : notre confiance en lui nous fait entrer en relation avec lui, en amitié, en intimité. Quand saint Paul nous dit que la Foi sauve, il dit qu’en devenant croyant, nous entrons dans la vie même de Dieu !

Sur ce chemin de Carême, en cette journée consacrée à la Parole de Dieu selon le souhait du pape François, demandons-nous où en sommes-nous nous-même sur ce chemin, et comment aider nos amis et voisins à aller, d’étapes en étapes, jusqu’à goûter cette vie merveilleuse que nous célébrerons dans la nuit de Pâques !

Père David Réveillac

Répondre à cet article