L’ESPRIT-SAINT, Le Grand Communicateur

Mardi 16 mai 2017, par Service Communication // Le mot de notre curé

Le dimanche 4 juin, nous célébrerons la Pentecôte. Mais qui est l’Esprit de Dieu ? Un envoyé, une Représentation sous forme de colombe ? Qui est-il ?
En fait, l’Esprit est immaîtrisable, ingérable, insaisissable, débordant toute institution, y compris l’Eglise : « L’Esprit souffle où il veut… »

L’Esprit, qui dit la radicale différence ou sainteté de Dieu., dit simultanément sa plus étroite proximité avec l’homme. Il donne corps à la Parole de Dieu. Cela vaut prioritairement pour le Christ « conçu de l’Esprit-Saint ». Avant le récit de la consécration, le prêtre appelle l’intervention de l’Esprit pour que le pain et le vin deviennent le corps et le sang du Christ. Après la consécration, le Saint-Esprit est appelé à donner à tous ceux qui vont communier au Christ d’être sanctifiés par Lui. Le rôle de l’Esprit est indissociable de son rapport avec le Christ et avec l’assemblée.

L’Esprit est ainsi l’agent de la communication de Dieu à l’homme dans leur radicale différence comme l’agent de communication entre les hommes en ce qu’ils sont de différents entre eux.

L’Eglise est le lieu des sacrements grâce à l’Esprit Saint

Les sacrements sont l’expression de la prise en main du monde par l’Eglise. Le monde, depuis Pâques et Pentecôte, est le lieu du corps du Christ par l’Esprit.
Puisque l’Esprit exprime la différence de Dieu et, d’autre part, qu’il est dans nos vies bien concrètes, les sacrements sont inconcevables sans l’action de l’Esprit.
La référence sacramentelle à l’Esprit est fondamentale. En effet, la fonction de l’Esprit est de relier deux pôles étrangers l’un à l’autre, à savoir Dieu et les hommes.
Le souffle de l’Esprit nous introduit dans la foi. L’Esprit relie chacun au « Corps du Christ » et fait barrage à la tentation d’une participation individualiste.

L’Esprit, le grand communicateur

Par l’Esprit-Saint, Dieu vient s’inscrire dans l’humanité. Mais il vient s’y inscrire sans s’y laisser enfermer, sans jamais y être assigné à demeure.
Ainsi s’articulent le rapport entre la Foi en Dieu, diffusée par l’Esprit et celle de l’homme, prise en charge par le Christ, lui-même conçu de l’Esprit-Saint.

Jean-Pierre Delmas, votre curé

Répondre à cet article