LA PENTECÔTE, FONDEMENT DE L’UNITÉ

Vendredi 15 mai 2015, par Service Communication // Le mot de notre curé

Le 24 Mai prochain, 26 jeunes venant de Gramat, Labastide-Murat se joindront aux confirmands de Gourdon pour recevoir l’Esprit-Saint en notre belle église Saint-Pierre. Il s’agit là d’un bel exemple d’unité !
Ce fait est d’autant plus remarquable que la Pentecôte est précisément le fondement de l’unité.
L’unité est un don que l’Esprit fait à l’Église, elle n’est pas d’abord le fruit de l’effort des hommes, quand bien même ces efforts ne sont pas inutiles. Mais il reste que ce don ne supprime pas toute particularité, que les divisions peuvent donc à nouveau surgir et que ce don doit sans cesse être renouvelé pour être fructueux.

Ainsi, dans notre paroisse Notre-Dame des neiges, certaines personnes se mettent à l’écart, persuadées d’être seules dans la bonne direction, sans se soucier des autres secteurs de la paroisse, sans se soucier de l’avis de leurs Pasteurs. Cela est contraire à l’Esprit qui rassemble et nous envoie en Mission, certes avec nos différences, mais Unis.

Lors du dernier concile, le concile Vatican II, fut promulgué en 1965 un décret intitulé « Ad Gentes » qui est on ne peut plus clair :
« L’activité missionnaire découle de la nature même de l’Eglise….. Cependant, la division des chrétiens nuit à la cause très sacrée de la prédication de l’Evangile à toute créature, et pour beaucoup elle ferme l’accès à la foi. Ainsi, de par la nécessité de la Mission, tous les baptisés sont appelés à s’assembler en un seul troupeau, afin de pouvoir ainsi de façon unanime rendre témoignage du Christ leur Seigneur devant les nations. S’ils sont encore incapables de donner le témoignage d’une foi unique, il faut au moins qu’ils soient animés par une estime et une charité réciproques. »

En décidant d’abandonner des querelles stériles, en se retrouvant unis autour de ces 26 jeunes le 24 Mai, l’Esprit nous guidera ; l’évangélisation éclatera exactement comme ce jour de Pentecôte où les juifs réunis en foule disaient : « Comment se fait-il que chacun de nous entende ces galiléens dans sa langue maternelle ? Parthes, Médes et Elamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, de la province du Pont et celle d’Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, Romains de passage, Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons parler dans nos langues des merveilles de Dieu. »

Jean-Pierre Delmas, votre pasteur

Répondre à cet article