Le baptême, source jaillissante pour la vie éternelle

Jeudi 20 mars 2014, par Service Communication // Le mot de notre curé

LE BAPTÊME, SOURCE JAILLISSANTE POUR LA VIE ÉTERNELLE

Le dimanche 23 Mars, un dialogue stupéfiant se tient au bord d’un puits, en Samarie, entre un homme fatigué de la route parcourue (Jésus) et une femme venant puiser de l’eau (une samaritaine).
Jésus dit à cette femme : « Donne-moi à boire. » La samaritaine lui dit : « Comment ! toi qui es juif, tu me demandes à boire, moi, une samaritaine ? » Jésus lui répondit : « Si tu savais le don de Dieu, c’est toi qui aurais demandé, et je t’aurais donné de l’eau vive… » Jean,4.
Il y a là tout le symbole de l’eau qui nous introduit à la question essentielle de la vie et de la mort. Dans leur traversée du désert, l’eau a sauvé les Hébreux de la soif. Cette expérience préfigure le baptême où l’eau donne la vie en abondance. La nuit de Pâques, où une jeune femme de notre Gourdonnais sera baptisée, nous entendrons la bénédiction de l’eau qui commence par ces mots : « Maintenant, Seigneur notre Dieu, regarde avec amour ton Eglise et fais jaillir en elle la source du baptême. » C’est la source jaillissante dont parle Jésus à la Samaritaine. Par là, Il indique la vitalité offerte par le don du Saint-Esprit.

Mais, pour accéder à cette nouvelle vie, il faut consentir à mourir à quelque chose d’ancien, à renoncer à quelques habitudes ou façons de voir, à quelques modes de vie, qui font obstacle à la source promise par le Christ. Ainsi doit-il en être pour tous, dans l’Eglise, pendant le carême, période de conversion qui nous conduira à dire lors de la Veillée pascale que, pour suivre le Christ, nous rejetons le mal.

En Jésus crucifié et ressuscité, la mort est vaincue. Pâques signifie que la vie de Jésus est plus forte que tous les refus. En se donnant entièrement pour Dieu et pour les autres, Jésus nous assure que les luttes contre l’exclusion et le racisme, contre les maladies et la souffrance, les luttes pour le pain partagé, pour le service mutuel devenu lui-même espace où Dieu est servi et adoré, il nous assure que tous ces combats sont désormais plus forts que la mort, qu’ils portent en eux et par Lui, la vie.

Jean-Pierre Delmas, votre curé

Répondre à cet article