Partage ton pain avec celui qui a faim

Vendredi 19 février 2016, par Service Communication // Le mot de notre curé

En cette année de la Miséricorde et comme nous y invite le carême, tout croyant qui fait œuvre de justice, de partage ou de miséricorde devient « lumière qui se lève dans les ténèbres ». Sa vie sort de l’obscurité.
Il observe ainsi les préceptes du prophète Isaïe, tels qu’ils sont énoncés dans ce passage biblique : « Partage ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux, ne te dérobe pas à ton semblable ; la gloire du Seigneur t’accompagnera. » Isaïe 58, 7

En fait, l’Eglise, depuis 20 siècles, est au service des pauvres.
Déjà, Saint Paul avait organisé une collecte pour les pauvres de Jérusalem.
En l’an 165, saint Justin constate : « Nous mettons en commun ce que nous avons, et nous le partageons avec les pauvres. »
En 604, le pape Grégoire le Grand écrit : « Quand nous donnons aux miséreux les choses indispensables, nous ne leur faisons pas de largesses personnelles : nous leur rendons ce qui est à eux. » En Gaule, c’est en 397 que saint Martin a ce geste célèbre de donner la moitié de son manteau.
Aux 11éme et 12éme siècles apparaissent les hôpitaux, c’est-à-dire les hospices accueillant les pauvres, les pèlerins et les malades.
En 1660, saint Vincent de Paul fonde les filles de la charité et dit : « Vous servez Jéus-Christ en la personne des pauvres. Et cela est aussi vrai que nous sommes ici. »
Au XIXéme siècle, se multiplient les congrégations de religieuses pour le service des pauvres, en particulier des enfants pauvres. Le XXéme siècle ne fut pas en reste : Helder Camara, Romero, Rodhain (Secours Catholique), l’Abbé Pierre, Mère Teresa, Sœur Emmanuelle, Wrezinski (Quart monde), autant de personnalités-phares attestant le souci permanent des pauvres.

Que notre Paroisse Notre-Dame des Neiges concrétise ces œuvres de miséricorde envers les malades et les plus démunis que les JND (Jeune Notre Dame) et nos communautés ont décidé de réaliser ; et que cela soit réalisé sans restriction, sans réserve et d’un même élan vers Pâques.

Jean-Pierre Delmas, votre curé

Répondre à cet article