Pour qui sont les fruits de la vigne ?

Mardi 10 octobre 2017, par Secretariat // Le mot de notre curé

Les deux dimanches passés et en ce 27éme dimanche du temps ordinaire, Jésus s’adresse à son auditoire en paraboles pour faire passer son
message.
Dans l’ Évangile de ce jour( Mt 21,33-43), il s’adresse aux grands prêtres et aux anciens du peuple juif. Il met en scène le maitre d’ un domaine (Dieu) qui plante une vigne dans son domaine avec minutie. Il faut noter que l’emploi du mot vigne prend des sens différents en fonction de son contexte. Il peut désigner la maison d’Israël en référence au Psaume 79. Il peut désigner aussi Jérusalem ou encore le Royaume de Dieu.
Avant de partir en voyage, le maitre loua la vigne à des vignerons (Chefs des prêtres et anciens du peuple ). Au moment de la récolte il ne vient pas lui même. Il envoie ses serviteurs (Les prophètes, de Moise a Jean Baptiste). Finalement il envoie son Fils unique (Jésus Christ).
Nous y voyons toute la trame de l’ histoire du salut. Dieu a décidé de relever le genre humain du péché originel. Pour le faire, il s’est choisi le peuple juif parmi tous les peuples du monde. Il l’a préparé pendant des siècles pour accueillir le sauveur, son Fils Unique Jésus Christ en envoyant avant sa venue des prophètes. Les fruits de la vigne appartenaient logiquement aux Juifs. Mais hélas par jalousie ils n’ont pas eu d’égard pour l’héritier de la vigne. Ils l’ont rejeté, l’ont trainé hors de la vigne pour le mettre à mort. Ce crime étant abominable, Dieu leur a retiré la vigne pour la confier à une autre nation qui lui fera porter des fruits. Il fait allusion au monde non juif constitué de l’ ensemble des autres nations qui peuplent le monde. Cette nation, dans une moindre mesure, c’est moi, c’est toi, c’est lui ou elle, c’est nous. C’est à elle
qu’ appartiennent les fruits de la vigne !
Prenons garde cependant car nous devons rendre ces fruits en temps voulu au maitre de la vigne.
Seigneur, donne nous d’être de dignes fils et filles du Royaume. AMEN.
Abbé Théotime Somda

Répondre à cet article