Suivre Jésus envers et contre tout.

Jeudi 6 septembre 2018, par Secretariat // Le mot de notre curé

Après son enseignement sur la Pain de Vie dans la synagogue de Capharnaüm, la foule qui suivait Jésus est outrée par ses propos qu’elle qualifie d’irrecevables et même d’inadmissibles .La conséquence immédiate est que « Beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner ».Jésus se retrouve donc face aux irréductibles apôtres à qui il pose une question simple mais très embarrassante « Voulez-vous partir vous aussi ? ». La réponse pouvait être positive face au vaste mouvement des déserteurs qui ne trouvaient plus leur compte avec ce Jésus de Nazareth qui était devenu non seulement inefficace (Il ne donnait plus le pain et les poissons à manger gratuitement et à satiété) mais surtout scandalisant par ses propos déplacés « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ». Pierre prend la parole au nom du groupe des irréductibles et affirme leur ardent désir de suivre Jésus envers et contre tout. Il n’est donc pas question de déserter les rangs mais au contraire de les resserrer autour de celui qui a les « paroles de la vie éternelle »
Aujourd’hui la question jadis posée au groupe des apôtres se pose à nous disciples de Jésus. Ne sommes-nous pas souvent tentés de déserter les églises et autres lieux de prières quand tout semble tourner au vinaigre dans notre vie ? Dans nos moments de doutes, d’hésitations, de talonnement … à qui allons-nous ? Pourtant, lorsque tout va mal pour nous, c’est à ce moment que Jésus se fait plus que jamais proche de nous et il nous faut les yeux de la foi pour le sentir présent à nos côtés. Suivre Jésus envers et contre tout, tel devait être notre slogan surtout dans les moments peu reluisants de nos vies. Prions les uns pour les autres et en particulier pour nos frères et sœurs chrétiens qui traversent des moments difficiles. Puisse Jésus être leur force, leur appui et qu’il nous donne à toutes et tous la grâce de le suivre envers et contre tout !

Père Théotime SOMDA.

Répondre à cet article